La Tante de Russie par Elise Fischer

SCN_0070La Tante de Russie

par Elise Fischer

Presses de la Cité, 2014

20,00 €

Résumé :

Septembre 1899. La jeune Lucie quitte sa terre lorraine pour accomplir son fabuleux destin. Ou comment une orpheline née à Saint-Dizier à la frontière de la Meuse devient, à Saint-Petersbourg, l’intime de la plus haute aristocratie impériale, la gouvernante des filles du dernier tsar de Russie, les princesses Olga et Tatiana, et l’amante passionnée du chef des cosaques du Don. Autant d’années lumineuses juste avant le chaos, la révolte d’un peuple acculé dont elle comprend pourtant la détresse. Et ses propres drames…

Mon avis :

Je n’avais pas du tout entendu parler de ce livre lorsque je suis tombée dessus à la librairie Tirloy de Lille. C’est la couverture qui m’a d’abord attirée, puis le résumé. Certains le savent, je suis très intéressée par l’Histoire de la Russie, notamment par le règne du dernier Tsar de toutes les Russies, Nicolas II. Alors quand j’ai vu ce livre, je me suis très vite laissée tenter. Et je ne le regrette pas !

Le roman débute tout d’abord par les aventures d’une certaine Lise, journaliste pour la télévision, qui se retrouve plus ou moins forcée de faire un reportage sur la Pâque Orthodoxe Russe. C’est au cours de ce reportage que va lui venir le besoin irrépressible de retrouver les traces de sa grand-tante Lucie Thomas, de retracer l’histoire de cette jeune femme partie de Lorraine pour se retrouver gouvernante des enfants du Tsar à la cour de Russie. Puis l’on change de narratrice : c’est ensuite Lucie Thomas elle-même qui va nous raconter sa vie, de son enfance dans l’est de la France, jusqu’aux prémices de la Révolution Russe. Elle parle alors de ses amours, de ses craintes, de sa vie passée dans l’entourage de la famille impériale.

Je commence par un point noir, pour moi le plus gros du roman : le début. J’ai trouvé que toute l’histoire autour de la soi-disant « quête » de Lise sur les traces de sa grand-tante était superflue. Cela aurait pu être un bon début pourtant, mais la transition entre les récits des deux narratrices est pour moi quelque peu bâclé, puisque Lise tombe comme par miracle sur des écrits de son illustre aïeule… Un peu dur à avaler pour moi, je ne vous le cache pas.

Mais trêve de reproches, parlons maintenant de ce qui est le cœur du livre : le récit de Lucie Thomas, de ses aventures entre la France et la Russie. Eh bien, j’ai réellement trouvé cette partie du récit passionnante. J’ai eu peine à lâcher le livre tant l’histoire était prenante ! L’auteure parvient à nous plonger avec brio dans cette ambiance de la Russie Impériale du début du XXème siècle. La narratrice, Lucie, est très attachante, et on parvient sans aucune difficulté à la suivre dans ce pays partagé entre les fastes de la cour impériale et la misère du peuple ou la révolte gronde, sous-jacente. Elle côtoie de très près certains personnages historiques, notamment le Tsar Nicolas II, la Tsarine Alexandra, leurs cinq enfants Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et Alexeï, mais aussi le sinistre Raspoutine… On découvre ces grands noms de l’Histoire dans leur intimité, peut-être un peu plus humains, et moins iconiques. Toutefois, ceux qui connaissent quelque peu l’histoire de cette période troublée de la Russie s’attendront sans peine à la fin du roman, évidente. Le seul regret que j’ai d’ailleurs à ce sujet, c’est que l’auteure n’ait pas approfondi certains aspects historiques, mais soit restée en surface des choses. Toutefois, c’est là un avis personnel, et certains diront probablement que je suis trop pointilleuse…

Autre point positif du récit : la relation entre Lucie et Piotr. Peut-être un peu bateau, diront certains, mais personnellement j’ai beaucoup apprécié la manière dont elle a été présentée, dont elle s’est déroulée.

En tout cas, je ressors de ce roman avec une très bonne impression générale. Je vous le recommande sans hésiter, surtout si cette période de l’Histoire vous intéresse particulièrement.

~ Galinean ~

Note : ✭✭✭✭✩

Publicités

Une réflexion sur “La Tante de Russie par Elise Fischer

  1. Je viens de le finir, et effectivement on n arrive pas à le lâcher…
    A savoir tout de même que cette Lucie a réellement existé, la photo de couverture c’est elle.. Elle était bien la tante de l’auteure du roman.. Le tout romancé d’une très belle façon..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s