Astérix chez les Pictes – L’album de la renaissance ?

AstérixAstérix chez les Pictes

 

Jean-Yves Ferri : Scénario –  Didier Conrad : Dessinateur – Collaboration d’Albert Uderzo – 25 octobre 2013 – Édition Albert René

Il est là, il est tout beau, il est tout neuf, par Toutatis, le nouveau Astérix est dans les bacs !
Après le ratage complet, et je reste polie, du le ciel lui tombe sur la tête en 2005, nous avons enfin le droit à un nouvel album !

Uderzo l’a dit, il veut qu’Astérix lui survive. C’est pourquoi cet album est signé Ferri et Conrad, en qui on peut avoir relativement confiance, au vu de leur passé professionnel assez sympathique: Le retour à la Terre pour l’un et Tigresse Blanche , entre autre, pour le second.

Mais est il possible de passer après le duo magique Uderzo-Goscinny, ce dernier nous ayant quitté bien trop tôt, comme beaucoup d’autre auteur de bande dessinée. Je pense évidemment à Hergé, Franquin et autre Charles de Gaulle (comment ça c’est pas une autobiographie De Gaulle à La plage ?)

Je vais vous le dire sans détour: Oui.

Résumé :

Pour leur retour, Astérix et Obélix voyagent dans l’actuelle Écosse. Désopilante, l’aventure gauloise est menée par un duo d’auteurs inédit dopé à la potion magique. Port du kilt recommandé.

Ce que j’en pense :

Oh que ça fait du bien ! Cela faisait longtemps qu’on avait pas vu notre petit gaulois favori en forme,  depuis Astérix et Latraviata en 2OO1 en fait.

Les deux nouveaux auteurs, sous l’aile d’Uderzo, ont bien mené la barque. On lit avec plaisir cette nouvelle aventure, et on se dit qu’Astérix a encore un bel avenir devant lui.
Graphiquement, le dessin original est très respecté et le changement d’auteur n’est pas flagrant pour un sou. Conrad s’en sort avec les honneurs et malgré quelques cases où les personnages ont des têtes parfois un peu bizarre, il a très bien réussi à s’approprier l’album.

Au niveau du scénario, un schéma simple mais efficace ! Une contrée inconnue où nos héros se rendront pour aider leur nouvel ami le Picte. Après l’Espagne, L’Angleterre et aussi la Corse, nous découvrons cette fois l’Écosse, au temps de la suprématie de César, en compagnie de nos héros.

La double niveau de lecture revient timidement mais surement, ce qui ravira petit et grand. Les jeux de mots sont drôles et on peut même voir une légère critique de la politique actuelle !

J’ai vu que certain reprochaient à cette album d’être trop timoré voir naïf, et aux auteurs de ne pas avoir assez imposés leur style.
HUM HUM ! Dois je rappeler que nous parlons d’Astérix ? La BD la plus vendue au monde ? Il est TOUT, sauf aisé de passer après Môssieur Uderzo et Môssieur Goscinny. C’est là qu’est le tour de force de Conrad et Ferri. Quand bien même ils ont été aidé par Albert Uderzo, cet album, pour un premier, est vraiment bien; et ça, ça force le respect.
Laissons leur le temps d’un peu s’émanciper et s’approprier les personnages, sans le voler à qui de droit, et en respectant ces mythiques auteurs originaux. Mieux vaut y aller doucement, que de nous faire un second volet avec des Martiens et du gros WTF à toutes les pages. Manquerait plus qu’ils nous rajoute des Licornes.
Un album d’Astérix, ça se travaille, ça se mûrit. Et Astérix chez les Pictes est une bien belle récolte.

Conclusion:

Vous l’aurez compris, j’ai aimé cet album. Nous sommes bien sur loin de l’âge d’or des Gaulois, mais comparons le comparable. Pour une premiére fois, et pour passer après Goscinny et Uderzo, le nouveau duo d’auteur a fait un très beau travail. Ce nouvel album est beau, ce nouvel album est drôle, ce nouvel album est à lire.
Je pense qu’Uderzo laisse son personnage entre de bonnes mains, et je ne doute pas que, dans les années à venir, on aura le droit à du très grand Astérix.

-Wiiseko-

Mon avis : ✭✭✭✭✩

Acheter sur leslibraires.fr

Publicités

Une réflexion sur “Astérix chez les Pictes – L’album de la renaissance ?

  1. Pour ma part, j’ai accroché jusqu’au… Monstre du Loch Ness? J’ai toujours adoré Astérix, et j’ai trouvé que les auteurs respectaient l’esprit de la série avec le schéma que l’on peut retrouver en temps normal (Histoire d’amour impossible, courses poursuites, romains, romains, César, etc.), Astérix a toujours été lié avec le fantastique, néanmoins, quelque chose d’aussi gros que Nessi, n’est-ce pas aller trop loin?

    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s