Les voleurs de rêves par Steve Lyons

Doctor Who - Les voleurs de rêvesDoctor Who : Les voleurs de rêves

par Steve Lyons

Milady, 2012

7€

Résumé :

Une nouvelle aventure fascinante du Docteur, de Rose et du capitaine Jack, interprétés par Christopher Eccleston, Billie Piper et John Barrowman dans la spectaculaire série télévisée de la BBC. Dans un futur lointain, le Docteur, Rose et le capitaine Jack découvrent un monde où toute forme de fiction est prohibée. Raconter des histoires, mentir, espérer et rêver sont autant de crimes sévèrement punis par la loi. Mais une chaîne de télévision pirate exhorte le peuple à l’insurrection. Le Docteur et ses compagnons se rallient à la cause des rebelles avant de prendre conscience, à leurs risques et périls, que les rêves ont tôt fait de tourner au cauchemar…

Mon avis :

Je n’en ai pas encore parlé ici, mais je suis une grande fan de la série britannique Doctor Who. Ce livre est le second livre dérivé de la série qui passe entre mes mains (le premier était Apollo 23 de Justin Richards). Et pour la seconde fois, mon avis va être assez mitigé…

Je commence tout de suite avec ce qui « fâche », au moins ce sera fait : Doctor Who est une série très visuelle, et la retranscrire en livre n’est pas forcément un défi évident. Le lecteur ne retrouve pas cet émerveillement qu’il peut avoir en regardant la série TV, et les personnages sont également beaucoup plus difficiles à cerner – bien qu’ici, l’auteur ait parfaitement réussi à décrire les caractères si particuliers des personnages du neuvième Docteur, de Rose Tyler et du Capitaine Jack Harckness.

L’histoire en elle-même est vraiment très recherchée, bien menée, et l’auteur parvient avec brio à nous leurrer sur ce qui est la réalité et ce qui est du domaine du rêve. Le lecteur se met très vite à douter de tout et de tout le monde, il se demande qui est sain d’esprit, et qui ne l’est pas, ce jusqu’à la toute fin du roman. Autre point fort, les descriptions sont assez bonnes, et nous laissent imaginer l’univers sans âme et sans couleurs de ce monde sans fiction, sans imagination.

Le thème du roman porte d’ailleurs fortement à réflexion : après tout, c’est bien vrai, que serait un monde sans fiction ? Question presque philosophique, je vous laisse y penser à tête reposer pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion…

~ Galinean ~

Mon avis : ✭✭✭✭✩

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s