Un zoo en hiver, de Jirô Taniguchi

Un zoo en hiverzoo-hiver
de Jirô Taniguchi
(Casterman)
Paru en juin 2009
232 pages / 15€

Résumé :

Kyoto, 1966.

Hamaguchi, un jeune employé d’une société de textile en gros, n’est pas comme les autres jeunes gens de son âge. Plutôt que de faire du sport, il préfère consacrer tout son temps libre au dessin, passant de longues heures au zoo de la ville pour croquer ses animaux.

Mais rien, même sa passion pour le dessin ne parvient à le distraire de l’ennui qu’il ressent dans une vie qui lui semble si étriquée.

Lorsqu’un ancien ami de lycée lui offre l’opportunité de devenir assistant dans l’atelier d’un grand mangaka, il saute sur l’occasion et part pour la capitale, Tokyo.

Il y découvrira enfin l’univers des mangakas dont il a tant rêvé de faire partie. Mais derrière son rêve se cachent de longues heures de travail intense, où il n’est pas rare de devoir rester toute une nuit pour boucler les numéros.

Dans ce nouveau cadre de vie, Hamaguchi ne va pas tarder à faire ses premiers apprentissages de la vie. Premiers émois amoureux, premières planches de BD.

Mais le récit ne s’arrête pas là. Naviguant à travers ses souvenirs, Hamaguchi raconte l’histoire d’amour dont il a été le témoin et le garant, lorsqu’il travaillait encore à Kyoto. Son patron le charge de surveiller sa fille, soupçonnée d’être adultère… Notre héros recroisera son chemin.

Critique :Taniguchi-Jiro-Un-zoo-en-hiver-image

Jirô Taniguchi, réussit à nous transmettre le mode de vie japonais ainsi que les traits de cette société dans les années 60, sans non plus être didactique. Il laisse simplement le lecteur comprendre, percevoir ce que le conteur raconte.

Ce que j’aime particulièrement avec cet auteur, dont je vous ai déjà parlé avec un de ses autres titre Une anthologie, c’est que l’on apprend toujours quelque chose de nouveau à travers ses récits. Ici, nous pouvons suivre avec Hamaguchi le parcours d’un mangaka, des premiers croquis à la conception du livre.

J’aime surtout la simplicité du dessin de Jirô Taniguchi, très influencé par la bande dessinée européenne et l’émotion réelle qui se dégage de ses histoires .

Certains diront que le fil de l’histoire est trop lent, mais cela nous donne le temps d’apprécier les dessins, aussi beaux qu’à l’accoutumée.

Je finirai en vous disant que les mangas, ce n’est pas le genre de BDs que je lis le plus !

Mais Jirô Taniguchi est un auteur facile à lire même lorsque l’on pense ne pas aimer les mangas.

Une histoire d’amour tragique mais qui ne tombe jamais dans le pathétique. Un récit très réaliste et des interactions entre personnages captivantes !

Un récit émouvant et délicat , épuré mais fourmillant de détails.

Camille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s