TMLP (Ta Mère La Pute) de Gilles Rochier

4464_cTa Mère La Pute
de Gilles Rochier
(Editions 6 Pieds sous Terre)
Paru en février 2011
62 pages / 16€

Résumé :

TMLP, c’est le portrait des premières cités HLM (dans les années 70) et des gens qui y vivent. L’auteur se focalise sur le jeune qu’il était, et sur sa bande d’amis.

« Nous à la base on n’est pas des méchants ni des dangereux… tout juste des branleurs des fumistes disaient nos profs, mais pas des mômes méchants » lit-on dès le début.

On découvre des jeunes qui s’ennuient et l’on ressent leur difficulté à donner un but à leur vie, à donner du sens à ce qu’ils font.

Reste le centre de l’intrigue : la Cité HLM.

Elle est entièrement structurée selon une  délimitation géographique organisée par bloc que chaque jeune respecte : « chacun son bloc »… et tout ira bien.

La Cité, cet ensemble entièrement gris, a sa propre histoire, composée de légendes urbaines, de points de repères immuables (un arrêt de bus, une supérette…) et de secrets…

La misère, la pauvreté, les enfants à nourrir. C’est le quotidien de ces nouveaux HLM dont  l’on vante encore les mérites. Mais il reste l’arrêt de bus. Des femmes, des mères y descendent parfois le soir, lorsque les fins de mois sont trop dures. Tout le monde le sait, personne ne le dit.

Le secret, partagé par tous même si chacun ignore soigneusement le sujet, reste tabou.

Jusqu’au jour où cet équilibre précaire est brisé …

Il suffit alors d’une simple dispute pour que les mots interdits soient prononcés et que la violence éclate.

Critique :TMLP-page31

Lorsque j’ai feuilleté le livre pour la première fois, je pensais que le récit serait pesant, mais les personnages sont racontés avec tellement de naturel que je me suis vite laissé emporter.

Au fil des pages, l’auteur reste tout en subtilité, laissant parler ses personnages sans rien ajouter de plus.

Ce qui est rafraîchissant, c’est qu’à aucun moment il n’essaye de faire une analyse sociologique de cette cité ou de schématiser les comportements.

Pour mieux nous raconter cela, sans concession, fuite ou langue de bois, Gilles Rochier utilise des dialogues simples et vivants alliés à un texte concis, tranchant. Finalement, il nous décrit naïvement l’univers des barres d’immeubles et des terrains vagues avec honnêteté presque crûment, sans jamais tomber dans le pathos.

Camille

Publicités

2 réflexions sur “TMLP (Ta Mère La Pute) de Gilles Rochier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s