La fille de l’hiver – Eowyn Ivey

fillehiverLa fille de l’hiver
de Eowyn Ivey
(Editions Fleuve Noir)
Sorti en janvier 2012
430 pages
19,80€

Résumé :

Alaska, 1920. Pour Mabel et Jack, venir s’installer dans ces contrées sauvages représentait à la fois un nouveau départ et leur dernière chance. Depuis la mort de leur bébé des années auparavant, leur douleur les avait isolés des autres et avait entamé petit à petit leur amour. Mais créer un foyer au milieu de cette immensité n’est pas simple, et tandis que Jack s’échine toute la journée aux champs, Mabel dépérit de solitude et de chagrin. Et puis, dans un moment d’insouciance, aux premiers jours de l’hiver, le couple sculpte une petite fille de neige. Le lendemain, ils la retrouvent fondue, les moufles et l’écharpe que Mabel lui avait enfilées, et de petites empreintes de pas partent en direction de la forêt. A compter de ce jour, Mabel et Jack surprennent de temps en temps une petite fille près de leur cabane. Qui est-elle ? Que fait-elle dans la forêt avec son renard roux aussi farouche qu’elle ? Hallucination ? Miracle ? Et si cette fillette était la clé d’un miracle qu’ils n’attendaient plus ?

Critique :

–  Début des années 1900, Mabel et Jack, la cinquantaine, n’ont pas pu réaliser leur vœu le plus cher, avoir un enfant. Face à ce mal-être, ils prennent une décision : partir pour l’Alaska. Ils imaginent que le travail éreintant les fatiguera et qu’ils penseront à autre chose qu’à leur immense regret.
Un beau jour, la première neige tombe. Ils se taquinent puis réalisent un bonhomme de neige et, plus précisément, une fille de neige. Mabel lui met une écharpe et Jack lui confectionne des cheveux avec de l’herbe.
Le lendemain, ils se rendent compte qu’une vraie petite fille court dans la neige munie des tricots de Mabel. Leur fille de neige n’est plus qu’un tas de neige.

Ce livre nous donne des doutes : qui est-elle ? Une vraie fille ? Une fille de neige, comme dans le conte russe que Mabel lisait dans l’enfance ? Ou tout simplement, existe-t-elle vraiment ?
Dans ce roman, j’ai presque ressenti la rudesse de la vie en Alaska. Le travail très difficile, les neiges parfois violentes, en clair, cet univers périlleux.
Malgré cette rudesse, Eowyn Ivey nous dépeint un paysage magnifique dans lequel il y a quelque chose d’important : l’entraide. Les voisins du couple et leur fils, Garrett, sont toujours présents pour aider leurs nouveaux amis.

Beaucoup d’auteurs s’inspirent de contes ces temps-ci (Le chaperon Rouge, La Belle et la Bête, …) pourtant, celui-ci, je ne le connaissais pas du tout.
La fille de l’hiver est une bonne découverte, un voyage magnifique bercé d’espoir, d’amour et d’amitiés solides.
En résumé, ce livre m’a beaucoup plu, de par les émotions que j’ai ressenties mais aussi par ce très beau conte.
Je vous conseille de lire ce roman durant l’hiver, au coin du feu ou en regardant, de temps à autre, la neige tomber. Ne passez pas à côté !

  Cassandre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s