Misery de Stephen King

Misery
de Stephen King
(Editions Hachette, Le Livre de Poche)
Paru en septembre 2002
391 pages / 6,60€

Résumé :

Misery, c’est le nom de l’héroïne populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi il en a eu assez : il a fait mourir Misery pour écrire enfin le « vrai » roman dont il rêvait. Et puis il a suffi de quelques verres de trop et d’une route enneigée, dans un coin perdu… Lorsqu’il reprend conscience, il est allongé sur un lit, les jambes broyées dans l’accident. Sauvé par une femme, Annie. Une admiratrice fervente. Qui ne lui pardonne pas d’avoir tué Misery. Et le supplice va commencer. Sans monstres ni fantômes, un Stephen King au sommet de sa puissance nous enferme ici dans le plus terrifiant huis clos qu’on puisse imaginer.

Mon avis :

J’avais envie de savoir si ce qu’on disait été vrai. Stephen King, maître de l’horreur ?

Mon premier King, donc, a été Misery. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Parce que c’est un de ses livres les plus connus et parce que l’idée d’un huis clos m’intéresse toujours. Avant d’ouvrir ce livre, je me suis demandée comment King pourrait nous tenir en haleine durant plus de 380 pages. Faire en sorte que bien qu’enfermé dans une pièce, une maison, le personnage principal soit intéressant, et même l’histoire en elle-même.

Notre écrivain, Paul Sheldon, semble au bout du rouleau dès le départ, c’est-à-dire lors de son réveil chez Annie, sa ravisseuse. On se doute alors que les 300 pages suivantes ne seront pas de tout repos.
J’ai trouvé l’écriture de Stephen King vraiment remarquable. Il arrive à retranscrire chaque état d’esprit, chaque émotion, chaque tourment de notre « héros » à merveilles. On sent ses humeurs changer au fil des lignes. Il m’a semblé que par moments il parvenait même à modifier son style pour faire en sorte que l’on soit encore plus poussé à accrocher au récit, suivant Paul au plus près dans son intimité et son quotidien de séquestré.
Tout n’est donc pas qu’action. Je dirai même que ce n’est pratiquement que ressenti. On a comme l’impression de sombrer peu à peu dans la folie avec l’écrivain, de se sentir des pulsions destructrices apparaître et d’avoir des pensées inimaginables.
L’intrigue est vraiment très tenante, le tout étant de savoir quand et dans quelles circonstances (et surtout dans quels états physique et mental) Paul Shelon va-t-il échapper aux griffes d’Annie ? Annie Wilkes est réellement … terrifiante. Elle est tout ce qu’il y a de plus immonde et repoussant. Un réel cauchemar d’une force physique impressionnante. Folle mais pas idiote. Loin d’être idiote même.
La relation entre nos deux personnages est très spéciale. Faite de crainte, de respect mais aussi de haine. Au fil de l’histoire on ne sait plus qui a de l’emprise sur qui, ni dans quel sens ça doit marcher. Bien que lorsque Paul fait une bêtise, Annie sait le remettre en place.
Les scènes les plus intenses sont sûrement celles de violences physique et/ou de torture faites à notre personnage principal. Rares sont les livres qui m’ont fait me sentir mal. Celui-ci fait partie du lot. J’ai très (très) souvent grimacé, et poussé quelques « aaaah! » horrifiés et dégoutés (dont Cassandre a été témoin). Je me suis même retrouvée dans un état hagard à un certain point de ma lecture.

Stephen King, maître de l’horreur ? Je ne dis pas non. J’ai vraiment apprécié ce livre et je le recommande aux personnes n’étant pas trop sensibles ainsi qu’à celles qui ne sont pas dans une quête permanente d’action, et de retournements de situations. Aller jusqu’à dire que c’était une partie de plaisir … serait de mauvais goût.

Gaëlle

Publicités

Une réflexion sur “Misery de Stephen King

  1. Très belle chronique ! Pour ma part, le seul Stephen King que j’aie lu est « La Ligne verte » mais j’ai été très déçue, car j’ai trouvé l’écriture plate. En revanche, j’ai vu le film Misery, et il est vraiment excellent, les acteurs sont particulièrement bons. Il m’a effrayée et horrifiée plus d’une fois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s