Mais c’est à toi que je pense de Gary A. Braunbeck

Mais c’est à toi que je pense
de Gary A. Braunbeck
(Éditions Bragelonne)
Sorti en avril 2010
358 pages
20,30€

Résumé :
La voiture de Mark Sieber tombe en panne alors qu’il rentre chez lui.
En attendant que son véhicule soit réparé, Mark loue une chambre pour la nuit dans le motel le plus proche. À peine installé, il est brutalement enlevé par un groupe d’inconnus. Lorsqu’il reprend connaissance, il se trouve en compagnie de trois enfants, Thomas (onze ans), Arnold (douze ans), Rebecca (quinze ans) et leur leader Christopher (vingt et un ans).
Horriblement défigurés et mutilés, ils viennent d’échapper à un tueur en série pédophile qui se fait appeler Grendel. Ils ont besoin d’un adulte pour les ramener à leurs parents, que certains n’ont pas vus depuis dix ans… et ils ont choisi Mark.

Critique :
Ma première réaction en voyant ce livre ? « Il est nouveau ? Je n’en avais jamais entendu parler ! ». Edité par Bragelonne en 2010, je crois bien ne jamais avoir vu ce livre en librairie et c’est bien dommage. Heureusement que j’ai pu l’emprunter !

Mark est agent d’entretien dans une université. Il tombe en panne durant un long trajet et, est contraint de dormir à l’hôtel. Mais les ennuis ne s’arrêtent pas là car il se fait enlever par un groupe d’adolescents dont le chef est armé. Ils sont quatre, de 11 à 21 ans. Tous ont subi les sévices de Grendel, un pédophile de la pire espèce.

Que dire de ce livre ? Il y a tant de choses… Déjà, l’aspect abordé par l’auteur est innovant. En effet, le jeune groupe s’est déjà échappé de leur bourreau et le roman est plus centré sur le retour dans leurs familles et ce qu’ils ont vécu. On pourrait penser que du coup, leurs tortures narrées sont moins éprouvantes et pourtant, j’ai l’impression que ça l’est d’autant plus. On ne peut avoir que l’estomac noué face à cette narration. Je n’ai jamais ressenti cela auparavant. J’ai été choquée mais aussi émue. Emue par ce courage et par leur combat. Les adolescents sont défigurés, repoussants mais tellement touchants…

Mais c’est à toi que je pense dénonce tant de monstruosités à travers un Grendel regroupant tout ce que l’Homme a de plus mauvais. Pourtant, ce pédophile et ses acolytes nous ressemblent physiquement. Il y a un message derrière ce livre : le Mal peut se cacher partout, il faut toujours rester méfiant. Le roman n’est pas là pour nous raconter des horreurs et nous faire faire des cauchemars. Non, c’est un récit plausible, difficile mais teinté d’espoir.

Ce livre peut rejoindre la liste de mes coups de cœur. J’ai eu la sensation que les victimes me racontaient un secret, comme si cette histoire faisait désormais partie de moi. Je crois que je n’oublierai jamais ce livre… Je le conseille fortement mais attention, il y a beaucoup de scènes susceptibles de vous heurter et il y a un risque de verser des larmes durant votre lecture.
Cassandre

« Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion d’observer des photographies de tueurs en série ou de violeurs, mais tous semblent avoir le même regard éteint, froid et détaché, figé sur un ailleurs qui n’appartient qu’à eux, comme s’ils avaient renoncé à vous faire comprendre la logique de leurs actes et se satisfaisaient de contempler une ambition dont vous resterez à jamais indigne. »

« Un lieu peut être aussi malveillant que n’importe quel être humain. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s