Never Sky de Veronica Rossi

Never Sky
Tome 1
de Veronica Rossi
(Editions Nathan)
Sorti en septembre 2012
384 pages
16,50€

Résumé :
Les mondes les ont tenus séparés. Le destin les a réunis.

Aria a vécu toute sa vie dans le dôme de protection de la Contemplation. Son monde entier a été confiné à ces lieux, elle n’a jamais pensé à rêver de ce qui se trouve au-delà de ces portes. Alors, quand sa mère disparait, Aria sait que ses chances de survivre dans ce désert à l’extérieur assez longtemps pour la retrouver sont minces. Aria rencontre ensuite un étranger nommé Perry qui est aussi à la recherche de quelqu’un. C’est aussi un sauvage mais il pourrait être son meilleur espoir de rester en vie. S’ils peuvent survivre, ils sont le meilleur espoir de l’un l’autre pour trouver des réponses.

Critique :
Never Sky est le premier tome d’une trilogie et fait partie de la « dystopie ». Il y en a beaucoup et peut-être ne savez-vous plus que lire, tant il y en a. Je vais vous expliquer ce qui le différencie des œuvres « concurrentes ».

Never Sky est un récit à deux voix mais le point de vue narratif est toutefois externe et non omniscient. En clair, on sait ce que pensent les personnages mais la première personne du singulier n’est jamais employée. D’un côté, nous avons Aria, dix-sept ans. Elle vit dans une Capsule, protégée par les orages d’Ether qui sont meurtriers. Tout est contrôlé dans son monde. Perry (de son vrai prénom, Peregrine) est un adolescent de dix-huit ans. Il vit à l’Extérieur. Aria et les siens le considèrent comme un « Sauvage », un assassin et j’en passe. Evidemment, ces deux-là vont se rencontrer et devoir passer outre leurs préjugés et s’entraider.

Dès le premier chapitre, Never Sky se démarque des autres. Le lecteur n’est pas ménagé, il y aura des sujets difficiles qui ne seront pas romancés : la prise de pouvoir, la violence, la folie, le cannibalisme,… Cependant, ces thèmes ne sont pas là pour nous effrayer et sont abordés de façon intéressante. Pas de niaiseries, ni de scènes romancées. C’est un roman qui s’adresse aux adolescents et leur expose un univers qui pourrait exister dans quelques années.

Je ne comprenais pas ce qu’il se passait dans le premier chapitre et beaucoup de personnages étaient nommés. Pas de panique à ce sujet, tout sera expliqué et ne sera pas difficile à comprendre. L’histoire en elle-même fait preuve d’originalité et de rebondissements qu’on ne voit pas venir. Dans l’écriture de Veronica Rossi, j’ai apprécié le fait que rien ne tombait dans la facilité.

Du côté des personnages, j’ai eu un penchant pour Perry qui est pour moi un homme et réagit comme tel en raison des épreuves qu’il a endurées. C’est plaisant de ne pas se retrouver face à un personnage naïf ou geignard. J’ai vraiment envie d’en savoir plus sur lui et sur son passé. Nous n’avons pas affaire à un « ténébreux » ou à un « charme irrésistible ». D’ailleurs, son physique est plutôt repoussant selon Aria, cela change des autres livres !

Never Sky est une bonne surprise, tant sur l’originalité du monde créé par Veronica Rossi que par ses personnages atypiques. Les renversements de situation sont au rendez-vous et il me tarde de lire la suite qui sera publiée au plus vite je l’espère !
Cassandre

 » – Je veux entendre ce don que tu as reçu.
– C’est pas un don ! s’exclama Aria. C’est de la manipulation génétique !
Lumina adorait l’opéra, si bien qu’elle avait modifié l’ADN d’Aria en améliorant ses facultés vocales, afin de créer une fille capable de chanter pour  elle. « 

 » La douleur n’était qu’un effet programmé de plus, distillée à petites doses pour augmenter le plaisir. A vrai dire, il ne pouvaient pas se faire mal dans les Domaines. Ici, en revanche, c’était différent. Comme si la douleur n’avait pas de limite. Comme si la douleur pouvait durer à l’infini. »

Publicités

5 réflexions sur “Never Sky de Veronica Rossi

  1. C’est vrai que rentrer dans l’histoire est peut être « un peu » difficile, mais une fois bien imprégné de l’histoire, bah, on ne peut qu’être ravi !

  2. Il m’a l’air de ressembler fortement à la saga Uglies d’après la trame de l’histoire et en plus l’un des perso s’appelle Perry… L’avez vous lu? Est ce une impression ou ils se ressemblent tous deux?
    Je sais qu’ils font parti tous les deux du genre dystopie, mais beaucoup de dystopie ne se ressemble pas…

    • Coucou, tout d’abord merci d’avoir pris le temps de consulter notre blog 🙂 J’ai lu Uglies et Pretties de la saga de Scott Westerfeld et je ne trouve pas du tout que les deux séries se ressemblent. Uglies parle surtout de l’obsession pour la beauté, la perfection. Never Sky est un univers totalement différent, pour un public un peu plus âgé que Uglies je dirais 🙂 En tous cas j’ai beaucoup aimé, n’hésite pas si tu as d’autres questions 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s